Questions-réponses

Pour en savoir plus, consultez les questions-réponses ou posez-nous une question ci-dessous.

Déroulement de l’opération

Non, des gouttes anesthésiantes sont instillées dans l'œil afin d'insensibiliser la surface oculaire. Le patient ressentira une pression lors de l'application d'un anneau de succion sur l'œil. A ce moment-là sa vision peut se dissiper pour quelques secondes. La suite de l'intervention est en général indolore. Après l'intervention les patients décrivent une sensation de grains de sable dans les yeux se dissipant après quelques heures. La PRK et le Lasek peuvent provoquer une gêne qui se prolonge pendant 24 à 48 heures.

Les traitements sont en général bilatéraux. De larges études ont prouvé la sécurité et l'efficacité du traitement des deux yeux dans une même séance. Il est évident que si l'opération du premier œil n'est pas parfaite, votre chirurgien reportera par prudence l'intervention sur le deuxième œil. Vous avez bien entendu également la possibilité d'effectuer le traitement en deux fois si vous le souhaitez.

Au début de l'intervention un petit écarteur maintiendra vos paupières ouvertes et les gouttes anesthésiantes permettront de ne pas avoir besoin de cligner des yeux. Votre chirurgien vous demandera de fixer votre regard sur une cible pendant l'intervention. Si votre œil devait se déplacer même d'un millimètre, alors le détecteur de mouvements oculaire (eyetracker ) interrompt le laser, qui sera repris quelques secondes plus tard après un recentrage du dispositif.

Non, cette intervention se déroule en ambulatoire. Le patient se présente 20 minutes avant l'intervention et quitte le centre 30 minutes après le traitement.

L'intervention se déroule avec de simples gouttes anesthésiantes. Aucune injection n'est nécessaire. Certains patients trouvent utile de prendre un calmant, d'autres non. Nous vous proposerons un calmant à prendre une demi-heure avant l'intervention.

Quitter la clinique accompagné et prendre du repos est essentiel. Il est impératif de ne pas se frotter les yeux et d'instiller les gouttes qui vous auront été prescrites. Le suivi des règles d'hygiène et du traitement permettent une reprise rapide des activités.

Paiement & assurances

Le lendemain d'une intervention de lasik, les patients sont souvent capables de reprendre une activité si il le souhaite. Toutefois, selon la nature du travail et le confort ils préfèrent se reposer. En ce qui concerne la PRK et le Lasek il est conseillé de prévoir plusieurs jours d'interruption.

Les prix varient selon la technique utilisée. Celle-ci sera discutée avec votre chirurgien en fonction de vos besoins. En effet un traitement Zyoptix guidé par l'aberrométrie peut offrir des avantages sensibles mais nécessite une infrastructure et une technologie plus lourde.

Bien que les traitements de chirurgie réfractive ne sont pas d'ordre cosmétique, ils ne sont pas remboursés par les assurances maladies. Certaines assurances privées, en particulier celles des organisations internationales remboursent une partie ou la totalité des coûts du traitement.

Le bilan préopératoire et les consultations avant l'intervention seront remboursés par votre assurance maladie. La tarification des actes est transparente et le centre vous demandera de régler les frais avant l'intervention . Cela comprendra l'opération, une éventuelle reprise et l'ensemble des contrôles postopératoires pendant six mois.

Risques et effets secondaires

Les complications graves mettant en danger l'ensemble du fonctionnement de l'œil sont quasiment inexistantes.

Le traitement par la chirurgie réfractive au laser est en général stable et permanente. Il est toutefois essentiel de se rappeler que l'œil peut toujours changer, c'est d'ailleurs pourquoi il est recommandé d'avoir plus de 23 ans et surtout d'avoir une correction stable avant de faire ce genre d'intervention.

La sécheresse des yeux est probablement l'aléa le plus fréquent après la chirurgie réfractive. Heureusement, celle-ci est réversible en quelques mois et est aisément corrigée par l'utilisation de collyres lubrifiants. (larmes artificielles)

Les défauts visuels corrigibles par le port de lunettes et lentilles sont en générale traitables par le laser (myopie, hypermétropie, astigmatisme et la presbytie dans une certaine mesure). Les maladies de l'œil tels la cataracte et le glaucome ne sont pas destinées à cette technologie.

La stabilité de la correction optique est un préalable essentiel au traitement. Celle-ci n'est en général pas atteinte avant l'âge de 23 ans. Il n'y a pas d'âge limite supérieur défini; bien entendu, le cristallin de l'œil étant moins transparent après 60 ans, cela rend une intervention intraoculaire peu probable.

Cette technologie de correction de la vision par le laser excimer date de plus de 20 ans. Les machines n'ont fait que se perfectionner depuis. Plusieurs millions de personnes ont à ce jour bénéficié de cette chirurgie. Nous avons actuellement à disposition un laser de sixième génération.

Les risques liés à cette chirurgie sont connus et mesurés. Bien réalisés les traitements sont efficaces et dotés de risques minimaux. Le taux de complication réduisant la vision est probablement une fraction de 1 %. Il est certain que cette chirurgie est effectuée sur une surface délicate de l'œil et que les complications sont toujours possibles.

Oui, les patients peuvent ressentir certains effets secondaires après l'intervention. Heureusement ceux-ci sont transitoires et la grande majorité des cas disparaissent après 4 mois. Ils se composent des symptômes tels: vision floue et fluctuante, halos, éblouissement, altération de la vision nocturne et œil sec.

Posez-nous votre question :

* Obligatoire